Espérance - Cape Le Grand NP : le Paradis ressemblerait-il à ça?

19/03/2012 - Pays : Australie - Imprimer ce message

Esperance, petite ville d’à peine plus de 10 000 habitants, est une cité qui semble très agréable à vivre puisqu’elle est bordée de plages magnifiques et est à deux pas d’un des plus beaux parcs national d’Australie : Cape Le Grand.

 

C’est d’ailleurs ici que nous fairons une halte de plusieurs jours, le parc national est situé à plus de 60 km de la ville, il vaut mieux ne rien oublier d’acheter avant d’y aller (120 km, ça fait loin pour du sucre ! )

 

Pour l’occasion, nous achetons des palmes pour snorkeller et des jumelles pour observer la faune au loin.

 

En route pour le parc national dès vendredi matin, en gros, c’est deux lignes droites et on y est.

 

Sur conseil du point d’information et de la vendeuse de la boutique de camping, nous décidons d’aller au campement situé à Lucky Bay (vous comprendrez vite pourquoi) ;

 

Pour information, le prix d’entrée s’élève à 11$ et le droit de camping est de 9$/par nuit/par pers ; cela semble cher cependant il y a une cuisine ouverte mais à l’abri du vent et de la pluie, divers BBQ, des toilettes, des douches chaudes (chauffées par énergie solaire) et surtout un cadre magnifique !.

 

A peine arrivés, nous sommes accueillis par un tout petit kangourou sur la piste qui mène au campement, puis c’est au tour d’un volontaire de nous indiquer où nous installer et de veiller à ce qu’on paye pour la nuit (un volontaire, ça marche mieux qu’une honesty box et c’est gratuit) ;

 

Inutile de rajouter que nous n'avons pas de réseau téléphonique, cela est devenu une habitude ici!  

 

Vendredi, il faisait beau et chaud, pas un seul nuage, nous nous sommes donc rapidement décidés d’aller nous baigner. Et là c’est le choc, on se croirait dans une piscine : eau cristalline d’une couleur bleue verte, pas de vague, sable plus blanc que blanc (en marchant pieds nus dessus, c’est presque nous qui salissions le sable), et une plage qui s’étend à perte de vue…

 

Après avoir barboté quelques instants dans cette eau magnifique, nous avons déjeuné une bonne salade avec crevettes et nous sommes vite repartis dans l’eau pour cette fois snorkeller et apercevoir des tas de petits poissons et quelques étoiles de mer.

 

Le lendemain matin, réveillés de très bonne heure (il faut dire qu’avec le changement de fuseau horaire, le soleil est complètement couché à 19h et deja levé vers 5h !) nous décidons d’aller nous balader le long de la plage.

 

C’était une très belle journée qui commençait, et encore plus avec les kangourous qui nous attendait presque au bord de l’eau.

 

Nous avons marché très longtemps pour atteindre l’autre côté de la baie, quasi aussi loin que nous pouvions le faire, et avons pris un bain matinal sur une plage qui est à bien plus d’une heure du camp, nous étions ainsi seuls au monde pour profiter d’un endroit vraiment vraiment paradisiaque.

Malheureusement cet instant magique était un peu gâché par les taons.

 

A la sortie de l’eau, Pierre a crapahuté sur les rochers pour voir ce qu’il y avait de l’autre côté de cet immense monticule (et pour au passage, casser l’IPhone de Linda ;) ). On aurait pu continuer notre ballade sur une ile très facilement atteignable en passant sur des rochers, cependant, nous n’avions point de vivres et surtout pas d’eau, et la soif se faisant sentir, nous avons rebroussé chemin vers le camp.

 

Nous sommes retournés sur le camp pour petit déjeuner. L’après-midi nous nous sommes tous les cinq motivés pour aller snorkeller à nouveau, avec pour mission de partir de la plage et de nager jusqu’à la petite crique où nous étions la veille. Le vent s’étant levé, Linda, Léo et Allan ne sont pas allés se baigner, le courant semblait trop fort, mais Pierre et Jason n’ont pas renoncé ;

En effet, le vent et le courant étaient les seuls problèmes puisqu’il faisait plutôt beau ce jour-là. L’eau n’était d’ailleurs pas froide et ils ont pu observer pleins de petits poissons…

 

Après une douche chaude bien méritée, nous avons profité des derniers instants de soleil pour, au final, se coucher tôt à peine après 20h.

 

Le réveil de dimanche s’est fait sous la grisaille, ça allait être une journée ennuyeuse, on avait prévu si le temps avait été de la partie, de faire une randonnée sur Frenchman peak, un mont qui domine tout le parc national et dont la montée est courte mais intense.

 

Au lieu de ça, nous avons fait un énorme BBQ grâce aux côtelettes d’agneaux et saucisses que les garçons ont reçus de nos voisins australiens qui partaient ce jour-là, accompagné d’une salade de pâtes ;

 

Nous étions entourés de kangourous pendant quasi tout le repas, certains s’approchant même de trop près et étant un peu trop imposant, n’ayant absolument pas peur de l’homme.

 

Nous avons joué au Uno une bonne partie de l’aprèm, mais la pluie qui débutait nous a obligé à nous abriter dans la cuisine.

 

Après une petite accalmie, Pierre, Jason et Léo sont partis nager encore une fois, ce coup-ci dans le but de voir un requin ( :p). Contrairement à la veille, le temps n’était pas beau, mais l’eau était calme.

 

Les garçons sont donc restés très longtemps dans l’eau, et peu après que Jason soit retourné au camp, les deux nageurs se sont aventurés un peu plus loin qu’a l’accoutumé et on put observer de près des squids et une énorme raie d’au moins 1m50 d’envergure, majestueuse, accompagnée d’une troupe de poissons ! L’aventure ne sera pas allée plus loin car cela devenait rapidement trop profond.

 

Le temps commençait à tourner au vinaigre, les garçons sont partis pour dormir en ville, nous avons décidé de rester encore une nuit dans le parc ; De toute façon, qu’il pleuve un dimanche en fin d’aprèm dans le parc ou en ville, nous sommes coincés dans le van, mais au parc, nous avons des douches chaudes…

 

La nuit n’a pas été très agréable à cause du vent, de la pluie et de la bâche des nouveaux voisins qui n’arrêtait pas de claquer sous l’effet des bourrasques.

 

Et au réveil, c’est sous la pluie qu’il faut tout ranger. Nous partons en direction d’Albany, à la recherche d’un travail (bouhouuuhouu). Petite pause pipi avant de partir, avec dans le premier WC une souris qui nageait dans l’eau des toilettes, et dans le second une belle grenouille, avec pois vert fluo, sur la cuvette. (Bien sûr, Linda a sauvé la souris et l’a relâché dans la nature…).

 

Nous sommes à nouveau sur la route... A bientôt... 



Etapes :
Esperance
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Pierre et Linda Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.